Le pont

28/10/09


Il y a une heure où tout se fait abîme. Une

Heure seule entre sommeil et insomnie entre


Bruit et silence entre gémir et crier, une

Où le temps brûle au ralenti au fond des larmes


Et qui se perd comme l’eau des orages ou ces bribes

D’étoffe aux buissons çà et là, une heure seule


Entre les doigts désespérés de l’âge, entre un

Soleil de soie et les prés profonds de juillet,


Une heure entre brume et fatigue, entre la chair

Affamée et l’innocente aventure d’être.


Une heure où l’on se regarde au reflet du Temps

Disparu comme au geste d’effacer au coin


Des yeux les rides, une heure comme un lieu d’ombre

Entre les mots et la mémoire : je passe je demeure.


Lionel Ray

vieillard

Posted in: Archives by admin | Comments (0)


On s’embarquait au bas d’un escalier de planches qui dégringolait la haute berge

glaiseuse ; les branches se croisaient au-dessus de l’étroit chenal d’eau noir ;

on entrait de plain-pied dans une zone de silence plus subtil et comme alerté, ami de

l’eau comme l’est la brume, et que rompait seulement l’égouttement plat et liquide

des pales des avirons relevés. Presque aussitôt venait battre un instant le bordé l’écho

à la fois caverneux et étoffé de la voûte du pont de pierre.


Julien Gracq

in  » Les Eaux étroites « 

rameur23

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Puisque te voici étendue

béante

entre moi et ma mort

tu peux être les deux à la fois

ma mort et ma vie….


Erich Fried
in « Es ist was es ist : Liebesgedichte, Angstgedichte, Zorngedichte « femmort

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Incertitude

25/10/09

la fatigue a des couleurs

comme les saisons. Elle a

ses douceurs et ses éclats,

ses silences. Mais surtout

ce qu’elle permet de voir :

d’une chose à son image,

imperceptible, une sorte

de distance sans distance.

L’incertitude du monde.

Comme un vacillement bref.


Jacques Ancet

in  » Entre corps et pensée « 

reflet23


Posted in: Archives by admin | Comments (1)


……..

Je prends toutes les étoffes selon la chaleur

Les morceaux de vie selon

Ma bien future mort


Je n’étais pas penchée sur le vide

Une femme sur un homme


Qui écrit n’est pas longtemps une jeune fille

Plutôt souvent


Il faut des mots pour se glisser entre eux

Y voir

Aucun n’est vrai tout seul

Heureusement le tumulte ne refuse pas la main

……..

Ariane Dreyfus

in  » Les Compagnies silencieuses « 

couple

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Douceur

22/10/09


Douceur

Je dis douceur


Je dis : douceur des mots

Quand tu rentres le soir du travail harassant

Et que des mots t’accueillent

Qui te donnent du temps,


Car on tue dans le monde et tout massacre nous vieillit…


Guillevic

in  » les noces du goéland « 

millet

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Lumière

20/10/09



Lumière, feuillages, emmêlés sous l’averse,

M’ont aveuglée.

Les arceaux mouillés se cambrent noueux

Dans la fraîcheur –

Poussière où les moineaux

baignent leurs ailes.

Je respire, au-delà des larmes.

Évaporation.


Lise Lefebvre

in  » Respiration des routes  « 

automne23

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

le gamin

18/10/09

Foulant les feuilles dorées du ginkgo

Le gamin tranquillement

Descend la montagne


Buson

(1715-1783)

gingko

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Syllabes…

17/10/09

Syllabes déchirées

Entre la lumière
et l’abîme


Dominique  Grandmont

in  » L’Air est cette foule « 

syllabe23

Posted in: Archives by admin | Comments (0)


jusqu’à l’exténuation de toute parole                     parler

jusqu’à l’épuisement                     lire dans la lumière

:

hommes, nous aurions dû être vivants

sous les espèces de l’arbre & de la pierre

:

& vois donc ces visages                 ces traits        –                tout ici s’efface

tout se met à flotter

dans l’indécis

:

seule certitude – le loquet de la glotte

se prolonge & se perd

sans fin

& dans le bol de lumière noire où les constellations font signe

vivre tête renversée                   lire                    lire                   lire               &                 parler

jusqu’à ce que la lumière vire

& que les pierres crient

& les arbres


Jean-Paul  Auxeméry

in  » Les Animaux Industrieux « 

cri23

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Orage

13/10/09

………

tu écrases les arbres

de gouttes noires,

tu tourbillonnes, tu fracasses –

tu as rompu une feuille trop lourde

dans le vent,

accablée,

elle pirouette et plonge,

pierre verte


Hilda Doolittle

in  » Le Jardin près de la mer « 

eclair23

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Ruines

12/10/09

Le vent

invente un chant


Avec ses ruines


Dominique Grandmont

in  » L’Air est cette foule « 

ruines23

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Les sources de la nuit sont baignées de lumière.

C’est un fleuve où constamment

boivent des chevaux et des juments de pierre

en hennissant….


Robert Desnos

in  » Les portes battantes « 

horse23

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Le poids du corps n’est plus semblable, oublié,

presque à l’état d’immobilité dans la marche Le

vol des oiseaux de mer est

exhalé, et nous regardons déjà à l’intérieur ;

les vagues mâchées avec les petits cailloux

et coquillages jusqu’à la limite du sable. Quelle

connivence odorante loin de la corruption

intime  Mais savons-nous encore

où aller Puisque

nous sommes emportés

Que faire si ce n’est fermer

les yeux latéralement,

disjoints face à l’horizon

Pouvons-nous croire au repos

et encore à la présence

Ce moment ressemble à un

enfant qui « n’a pas encore

souri » Un mouvement sans

discernement : deux mains à l’aveu

glette


Mathieu Bénézet

in  » Mais une galaxie « 

cemoment

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Eaux mortes

09/10/09


On n’aperçoit sa propre image qu’à travers des eaux mortes .


Pierre Dhainaut

visage23

Posted in: Archives by admin | Comments (1)

Cette ville…

09/10/09

« cette ville est singulière, redoutable, n’est pas ville d’hommes, mais étrangère de

toujours aux hommes qu’elle porte, échappée, croisant loin, dégagée de tout passé, de

toute emprise humaine, oublieuse, hautaine malgré ses pierres déchues, ses murs

dépouillés de l’emblème des bâtisseurs, poreux, gangrenés, revêtus comme d’un

haillon royal de cette mousse adamantine et rugueuse du sel, qui les exalte dans un

fulgurant scintillement sitôt qu’un rai de clarté filtre entre deux coulées d’ombre.

« ici on ne patine plus les murs à s’y adosser longtemps les soirs d’été, il n’y plus d’été

mais la réclusion dans un demi-sommeil inquiet, humide, flottant aux abords d’une

aube immuablement sertie dans l’hiver, et les jardins qui s’ensauvagent sécrètent

leurs propres ténèbres, parfois ponctuées de fluorescences vertes, furtives, rats,

chouettes, chiens errants

[…]

« c’est une ville aveugle, qui descend éperdument vers la mer, et quand j’étends les

bras, elle roule avec moi d’un horizon l’autre, elle tangue, s’éploie, chancelle au bord

de fleuves rouges, dans la rumeur épaisse et veloutée du sang, elle a mon nom, elle

est de moi, et quand je ferme les yeux, disparaît ce qui reste de ses oripeaux de pierre,

cariatides sans visage et bas-reliefs qui s’écaillent, ici une main, une arme, la tête d’un

mort sous les sabots du cheval, la guerre, et les anges hilares dans les archivoltes

légères, sous la courbe bleue de ce fragment de ciel étiré entre mes mains


Michèle Dujardin

in  » Abadôn « 

abadon 23

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Brume

07/10/09


On recommence

les sentiers, le bruit creusé des roches sous les pas, les odeurs de bêtes et d’arbres

On recommence la pluie sur les visages versés de ciel

On recommence la brume fondant sur les corps lents, ces esquisses arpentant le

plateau


On disparaît


Isabelle Guigou
in  » Le parfum des pierres aveugles « 

brume23

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

….

Déjà l’aube grandit et règne à l’orient

Où surgissent des feux qui brûlent doucement

Et elle fait trembler tous ces ors et ces gris,

L’impalpable réseau des toiles d’araignées.

James Joyce

in  » Poèmes (Chamber Music, Pomes Penyach) « 

web23

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Il est probable que Grünewald

a peint d’après nature

et de mémoire l’enténèbrement catastrophique

la dernière trace de la lumière tombant

de l’au-delà…


Winfried Georg Sebald
in  » D’après nature, Poème élémentaire « 

445_

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Séisme

03/10/09

Juste avant le grand tremblement de terre

tout le monde

a rêvé


Sugiura Keisuke

seisme22

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Traces

02/10/09

Un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves. Seules les traces font rêver.


René Char

in  » Sur la poésie « 

traces23

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Pivoine

01/10/09

Le vent de l’été

Apporte dans ma soupe

Des pivoines blanches


Ryokan

(1758-1831)

pivoine22

Posted in: Archives by admin | Comments (0)
FireStats icon Contenu créé par FireStats