La vide lumière

29/10/10

ce qui en moi dit non

me chasse du présent

voici la vide lumière


ne cède pas à l’ange

le destin n’est ni clair ni sombre

il est le lieu mobile


où le dedans et le dehors

se croisent

en forme de je


Bernard Noël

in  » La Moitié du geste « 


Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Comme un arbre..

26/10/10

moi


comme un arbre


je dis oui à tous les souffles


c’est ce qui me tient lieu de pensée


sinon que mes racines


parfois me montent à la tête


et je ferme les yeux


sur ce que je suis


moins je sais ce que je dis


moins je sais ce que je suis


plus les paroles me poussent


bientôt je serai


avec toi une forêt


Henri Meschonnic

in  » Demain dessus demain dessous « 

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

LES POMMES

22/10/10

Un temps


l’esprit serpente en certaines choses


les réveille les attise


rend l’air vif renverse


le panier de pommes


le pommes roulent le long de la sente


qui peut également ne pas être en descente


ni sombres ni joyeuses


elles finissent leur course dans l’herbe


parmi les pierres


trognon pulpe peau


l’esprit a disparu.


Bartolo Cattafi

in  » L’Alouette d’octobre « 

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

chaque passant


est un soleil


nous passons


dans la lumière


les yeux fermés


avec l’inquiétude


de ne pas nous reconnaître


dans la foule


je te serre


de tous mes yeux


Henri Meschonnic

in  » Demain dessus demain dessous « 

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

LA LIGNE LE FIL

19/10/10

La ligne le fil


que tu extrais depuis le touffu du dessin


sont de par eux-mêmes un dessin


à apprendre par cœur


à aimer


lorsque la jungle le fil le labyrinthe


font pression sur nos portes


les ouvrent grand


et que sous leur poussée tu vacilles.


Bartolo Cattafi

in  » L’Alouette d’octobre « 

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Ton corps

18/10/10

Ton corps


Chante                  Dans l’obscurité


Plus rapide encore qu’un destrier lancé dans sa course


Au centre des dures empreintes de sabot


Il brosse les feuilles        Le plaisir     Mes épaules


Jangbu (Chenaktsang Dorje Tsering)

in  » Neige d’août n°18 « 

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

12/10/10

en chaque mot

un nom perdu

l’autre s’éloigne


ô buée

pour être là

il faut faire du temps


Bernard Noël

in  » La Moitié du geste « 

Posted in: Archives by admin | Comments (1)

Quand je mourrai, fiston,

Que ce soit moi, l’enfant, le plus petit.

Et toi, prends-moi dans tes bras

Et emmène-moi au-dedans de chez toi.

Déshabille mon être humain et fatigué

Et couche-moi dans ton lit.

Et raconte-moi des histoires, au cas où je me réveillerais,

Pour que je puisse me rendormir.

Et donne-moi des rêves à toi pour que j’en joue

Jusqu’à ce qu’en naisse certain jour

Dont toi seul sais bien ce qu’il est.


Fernando Pessoa



Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Fournaise

08/10/10

fournaise force mes yeux à s’ouvrir. soulevant une strate

sable j’émerge. plus de glace sur les monts

les arbres sont devenus bâtons

la ville de fer aux briques noires une masse de boue et béton


en roue géante le soleil éparpille son jaune pâle

après ces millions d’années, le ciel est à bout

son énergie consumée dans les airs


autour un océan de sable, les mains jointes

j’invoque le ciel : descends sur moi,

macule mon front de ton soleil de cendre


Joy Goswami

in  » Suryo pora-cha « 

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

……

Éveiller celui qui dort,


c’est imposer à l’autre


l’interminable prison de l’univers,


de son temps sans déclin ni aurore,


lui révéler qu’il est quelqu’un ou quelque chose,


soumis au nom qui le dévoile


et à l’amoncellement des hiers.


C’est enfreindre son éternité.


C’est l’accabler de siècles et d’étoiles.


C’est rendre au temps un autre Lazare


chargé de souvenirs.


C’est faire injure à l’eau du Léthé.


Jorge Luis Borges

in  » Les Conjurés « 

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Absence

05/10/10

Seul son silence m’est resté en propre : c’est là l’ultime présent de l’absence…

Claude Vigée


Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Les mots…

04/10/10

au moins les mots sont au travail


on les entend s’affairer

recoudre la nuit

faire leur besogne de nains

dans la tête…


Antoine Emaz

in  » Plaie « 

Posted in: Archives by admin | Comments (0)

Le paysage est arrêté. Il est cet attelage

poudreux

qui s’enlise dans sa blancheur.

Ses essieux

s’enfoncent dans l’innocence despotique

de la neige.

Sans être égarés, nous commençons à redouter

le nulle part, et surtout

ce silence inclément

qui tonne contre l’affront de tout voyage.


François Jacqmin

in  » Le livre de la neige « 

Posted in: Archives by admin | Comments (0)
FireStats icon Contenu créé par FireStats